Aller au contenu principal

Enregistrements de la conférence sur les innovations

Les systèmes ESEC novateurs et durables, intégrés avec les systèmes de carte d’identité nationale et de santé, constituent des moteurs puissants pour favoriser des économies plus inclusives et un vaste éventail de futurs avantages au chapitre du développement. Tenue du 27 au 28 février 2018 à Ottawa, au Canada, la conférence de deux jours sur les innovations dans les systèmes ESEC a rassemblé des participants de tous les secteurs, de toutes les disciplines et de toutes les régions pour trouver la meilleure manière de mettre à profit la dynamique mondiale afin de renforcer les systèmes ESEC dans le but de respecter les engagements pris dans le cadre du Programme de développement durable à l’horizon 2030.

Coorganisé par le Centre d’excellence sur les systèmes ESEC, le Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF) et l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), l’événement visait à encourager les experts à partager des idées novatrices afin de renforcer les systèmes d’ESEC et de cerner les besoins essentiels en matière de recherche et de capacité afin d’aborder les défis urgents.

 Nous vous invitons à regarder, écouter et partager les enregistrements de la conférence. Pour plus d'information, veuillez consulter le siteWeb de la conference

Dans cette vidéo, des conférenciers de haut niveau discutent de l’importance des systèmes d’ESEC à l’échelle mondiale et pour le Programme de développement durable à l’horizon 2030. Les conférenciers sont Christopher MacLennan, sous-ministre adjoint, Affaires mondiales Canada, Jean Lebel, CRDI, John Grove, OMS; Anil Arora, Statistique Canada; Haishan Fu, Banque mondiale; Srdjan Mrkic, DSNU; Alexandre Marie Yomo, Cameroun; et Jaime Balunde Guta, Mozambique.
Dans cette vidéo, il est question de la manière dont les systèmes d’ESEC, de concert avec d’autres systèmes, établissent les fondements du développement inclusif en améliorant la participation citoyenne et l’accès aux services gouvernementaux, notamment ceux liés à la santé et à la protection sociale, et la création d'opportunités pour tous les segments de la population. Mettant en vedette Oliver Chinganya, Commission économique des Nations Unies pour l’Afrique (ONU-CEA); Jonathan Marskell, Banque mondiale; Amitabh Suthar, Centres américains de contrôle et de prévention des maladies; Laetitia Bazzi-Veil, UNICEF Sénégal; Kristen Wenz, siège de l’UNICEF; Rikke Munk Hansen, UNESCAP.
Bien que dernièrement les activités et la dynamique des systèmes d’ESEC se soient principalement orientées vers les données et les systèmes, il faut également s’intéresser à susciter la demande de service. Dans cette vidéo, on tente de comprendre et de résoudre les problèmes liés à la demande découlant de l’interaction humaine avec les systèmes d’ESEC. Mettant en vedette Raj Mitra, expert-conseil indépendant (modérateur); Vibeke Nielsen, Statistics Norway; Gloria Mathenge, Pacific Community; Bhaskar Mishra, UNICEF Tanzanie et Ashfaqul Amin Mukut, gouvernement du Bangladesh.
Cette vidéo met en évidence les problèmes qu’éprouvent des pays pour enregistrer les faits d’état civil – naissances, décès, mariages, divorces, par exemple – de personnes qui vivent en situation d’urgence. Les experts fournissent de bons exemples pratiques pour relever ce défi au moyen d’approches axées sur la personne. Les conférenciers sont Mirkka Mattila, UNICEF WCARO (modératrice); Marwan Khawaja, CESAO; Dimitri Sanga, Bureau sous-régional pour l’Afrique de l’Ouest, ONU-CEA; Nicholas Oakeshott, HCNUR; et Fodé Oumar Touré, Guinée.
Les systèmes d’ESEC jouent un rôle essentiel en appuyant la protection sociale, notamment : en comblant les lacunes pour les personnes les plus vulnérables, et en répartissant équitablement les dividendes liés à l’augmentation de la prospérité dans l’ensemble de la société. La bonne gouvernance est un élément important des systèmes ESEC pour la protection sociale. Il sous-tend plusieurs des principaux avantages des systèmes ESEC, y compris l'accès aux services. Les présentateurs sont Mia Harbitz, expert-conseil indépendant (moderatrice); Andrei Gheorghe, ministère de la Justice, Roumanie; Ivan Arcos Axt, conseiller en politiques du Ministre Secrétaire Général de la Présidence, Chili; Anette Bayer Forsingdal, ministères des Affaires intérieures et de l’Immigration, Namibie; et Arjan de Haan; CRDI.
L’objectif de développement durable 16.9 a pour objet de doter toutes les personnes d’une identité légale, en commençant par l’enregistrement de leur naissances, d’ici 2030 . Et pourtant, 1,1 milliard de personnes dans le monde sont incapables de prouver leur identité légale, et par conséquent n’ont pas accès aux services sociaux, notamment aux soins de santé, à l’éducation, à la protection sociale et aux services financiers. Dans cette vidéo, on présente un aperçu à l’échelle mondiale des principes de base pour réaliser l’intégration des systèmes d’enregistrement des faits de l’état civil et des systèmes d’identification civile, afin de combler l’écart lié à l’invisibilité et de réduire les inégalités. Mettant en vedette Samuel Mills, Groupe de la Banque mondiale (modérateur); Sanjay Dharwadker, WCC Consulting EMOA; Nasser Jeeanody, ministère de la Santé, Maurice; Minah Kang, Université pour les femmes Ewha, Corée; et Martina Zorko-Kodelja, Institut de l’assurance santé de la Slovénie.
L’enregistrement des décès, contrairement à l’enregistrement des naissances, n’est pas inscrit dans le droit international sur les droits de la personne. Les répercussions de cette situation sont importantes, et plus particulièrement pour les femmes et les autres groupes vulnérables dans les contextes de catastrophe et d’après conflit. Cette vidéo montre l’importance d’adopter une approche holistique lors de l’élaboration de cadres juridiques pour l’enregistrement des faits d’état civil, l’établissement des statistiques de l’état civil et les systèmes de gestion de l’identité. Mettant en vedette Jacqueline Bhabha, École de santé publique T.H. Chan, de l’Université Harvard (moderatrice); Srdjan Mrkić, DSNU; Philip Setel, Vital Strategies; Claire Brolan, Université de Toronto; et Zoran Đoković, OSCE-BIDDH.
Ils soutiennent que les systèmes d’ESEC efficaces présentent des avantages directs pour les particuliers et les processus d’élaboration des politiques qui s’appuient sur des statistiques d’état civil, en plus de contribuer à l’amélioration des résultats pour la santé des populations. Cette vidéo montre des exemples de situation où le secteur de la santé peut contribuer à améliorer les systèmes d’ESEC. Les conférenciers sont Anshu Banerjee, WHO et Debra Jackson, UNICEF (moderateurs); Maletela Tuoane-Nkhasi, Mécanisme de financement mondial, Banque mondiale; Boonchai Kijsanayotin, ministère de la Santé publique, Thaïlande; Bhaskar Mishra, UNICEF Tanzanie; Kathryn Banke, Fondation Bill et Melinda Gates; Sana Naffa, CRDI.
Cette vidéo fait ressortir d’importants aspects de l’amélioration des systèmes d’ESEC, et présente des expériences réalisées par des pays et des partenaires en regard de la mise en oeuvre et de l’utilisation d’un système de statistiques de l’état civil. Les conférenciers sont notamment Srdjan Mrkić, UNSD; Ani Mkhitaryan, ministère de la Justice, République d’Arménie; Omrana Pasha, Johns Hopkins Bloomberg School of Public Health; Romesh Silva, FNUAP; Josie B. Perez, Philippine Statistics Authority; et Vibeke Nielsen, Statistics Norway.
Cette vidéo présente des études de cas et des exemples de pays qui illustrent comment les nouvelles technologies sont utilisées pour mettre à la portée des communautés les plus pauvres et les plus vulnérables les possibilités sur le plan de l’identité et des débouchés économiques. Les conférenciers sont Martin Bratschi, Vital Strategies; Murodillo Latifov, expert-conseil indépendant en gestion; Jane Thomason, Abt Australia; Claudine Henry-Anguna, îles Cook; et Dakota Gruener, ID2020.
Cette vidéo présente les messages clés à retenir sur l’importance des systèmes d’ESEC pour le développement inclusif et la protection sociale dans le contexte du Programme de développement durable à l’horizon 2030.
Modérée par Dimitri Sanga (CENUA Bureau régional pour l’Afrique de l’Ouest), cette séance plénière de haut niveau aborde les difficultés liées à l’enregistrement des faits d’état civil et à la protection des documents d’identité dans les situations de conflit et d’urgence, et plus particulièrement pour les femmes et les filles. Les conférenciers comprennent notamment Cornelius Williams, UNICEF; Shaida Badiee, Open Data Watch; Rikke Munk Hansen, UNESCAP; Oliver Chinganya, CENUA; Josie B. Perez, Philippine Statistics Authority; Jean-Louis Ville, Commission Européenne et Anir Chowdhury, Bureau du Premier ministre, gouvernement du Bangladesh.
Dans cette vidéo, les participants discutent des secteurs d’intérêt stratégiques et s’accordent sur les priorités pour un développement accru, dans le cadre de la déclaration de la conférence. L’OMS et l’UNICEF font l’annonce d’un nouveau partenariat pour renforcer les systèmes d’ESEC.