Aller au contenu principal

Enregistrements de la réunion sur le genre

Le 26 février 2018, le Centre d’excellence pour les systèmes ESEC et ses partenaires ont organisé un groupe de réflexion de haut niveau et des séances de consultation technique, qui visaient à inspirer un engagement mondial afin d’intégrer les problèmes sexospécifiques dans les systèmes ESEC. La réunion d'une journée avait pour thème, "Rendre l’invisible visible: les systèmes ESEC comme base pour réaliser le plan d’action d’égalité des sexes de 2030."

Près de 100 experts en matière de politiques et de pratiques de partout dans le monde se sont réunis à Ottawa pour discuter de l’état actuel du domaine, évaluer les possibilités et les défis, et repérer les domaines réalisables qui pourraient aider à renforcer les systèmes d’ESEC pour mieux saisir les événements vitaux des femmes et des filles

Découvrez pourquoi les systèmes CRVS sont essentiels pour protéger les droits et répondre aux besoins des femmes et des filles en regardant les enregistrements de la conférence!  Veuillez aussi lire l’ordre du jour de la réunion

Dans cette vidéo, des conférenciers de haut niveau présentent des observations préliminaires sur l’importance de l’enregistrement et de la comptabilisation des faits d’état civil pour les femmes et les filles. Mme Celina Caesar-Chavannes, secrétaire parlementaire de la ministre du Développement international et de la Francophonie, a souligné l’importance de l’inclusion des sexes dans tous les aspects du développement : « Si vous voulez mettre un terme à la pauvreté, autonomisez des femmes. Si vous voulez instaurer une paix durable, impliquez des femmes. Si vous voulez favoriser la croissance économique, investissez en des femmes. » Les autres conférenciers sont Jean Lebel, CRDI; Shamshad Akhtar, UNESCAP; Josie B. Perez, Philippine Statistics Authority; et Jean Louis Ville, Commission européenne.
Dans le cadre de ce groupe de réflexion de haut niveau, les conférenciers discutent du rôle des organismes de l’ONU, des bailleurs de fonds, des organisations régionales et des gouvernements nationaux dans l’élimination de l’écart entre les sexes. Le renforcement des systèmes d’ESEC ne demande pas qu’une amélioration des données. Il faut également bonifier les systèmes et les processus qui permettent de produire les données pour assurer une utilisation et un impact accrus. Les conférenciers sont Rachel Snow, Fonds des Nations Unies pour la population (FNUAP); Francesca Perucci, Département des affaires économiques et sociales des Nations Unies (DAES); Haishan Fu, Banque mondiale; Oliver Chinganya, Commission économique des Nations Unies pour l’Afrique; et Jaime Bulande Guta, Mozambique. Modéré par Montasser Kamal du CRDI.
Dans cette séance de consultation technique, les conférenciers discutent des domaines de recherche jugés prioritaires, comme l’élimination de l’écart dans l’enregistrement des décès et des mariages, et le fait qu'il y a peu d’information sur les obstacles immédiats que rencontrent les femmes. Afin d’acquérir les connaissances nécessaires pour élaborer des politiques efficaces et avoir un véritable impact, il faut mener une recherche plus approfondie et plus systématique des avantages que procurent les systèmes d’ESEC et évaluer ces systèmes et les facteurs qui déterminent l’accès à l’enregistrement. Les présentateurs sont Mayra Buvinic, Data2X; Josie B. Perez, Philippine Statistics Authority; Shaida Badiee, Open Data Watch au nom de Papa Seck, ONU Femmes; Martin Bratschi, Vital Strategies; et Romesh Silva, Fonds des Nations Unies pour la population (FNUAP). Modéré par Irina Dincu du CRDI.
Dans cette vidéo, les présentateurs discutent des systèmes d’ESEC et de sexospécificité dans le contexte des objectifs de développement durable pour 2030. Pour aider à réaliser l’égalité des sexes et favoriser l’autonomisation des femmes, il est essentiel de disposer de données fiables, obtenues en temps réel et désagrégées par âge et par sexe. Ces données doivent aussi rendre compte des limites et des inégalités des droits des femmes de jure comme de facto et peuvent ainsi servir à mieux orienter les programmes et politiques, en particulier pour les personnes mal desservies et difficiles à atteindre. Mettant en vedette Jenna Slotin, Partenariat mondial pour les données de développement durable; Tanja Suvilaakso, Plan International Canada; Sarah Hendriks, Fondation Bill et Melinda Gates; et Kristen Wenz, Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF). Modéré par Shaida Badiee, Open Data Watch.

Dans cette vidéo, Irina Dincu (CRDI) et Shaida Badiee (Open Data Watch) mettent en évidence les points clés des séances de la journée et elles animent une discussion sur les messages clés à retenir ainsi que sur les prochaines étapes pour faire avancer le programme du genre dans les systèmes d’ESEC.