Optimiser l’enregistrement des naissances en Tanzanie : l’initiative qui a enregistré 220 000 enfants en quatre semaines (https://systemesesec.ca/blog/optimiser-lenregistrement-des-naissances-en-tanzanie-linitiative-qui-enregistre-220-000)

World Bank

Située en Afrique de l’Est, la Tanzanie compte l’un des taux d’enregistrement des naissances les plus bas du continent. Mais des changements se profilent à l’horizon avec le déploiement d’une nouvelle initiative dans tout le pays de 2015 à 2020.

Pourquoi les taux d’enregistrement des naissances sont-ils si faibles en Tanzanie ?

Seulement 11,5 % des nouveau-nés en Tanzanie ont été enregistrés à la naissance. Moins de 13 % des enfants de moins de 5 ans possèdent un certificat de naissance. Plusieurs raisons expliquent ces faibles taux, notamment :

  • Les coûts – Les parents doivent débourser 3 500 shillings tanzaniens (https://blogs.unicef.org/innovation/advancing-birth-registration-system-tanzania-providing-five-children-right-protection/) (1,52 USD) pour enregistrer une naissance, sans compter les frais de déplacement pour se rendre au bureau d’enregistrement. Ce prix est élevé sachant que le revenu médian des ménages en Tanzanie s’élève à 2,11 $ par jour (http://iresearch.worldbank.org/PovcalNet/povDuplicateWB.aspx).
  • La distance – La Tanzanie a hérité d’un système d’enregistrement et de statistiques de l’état civil (ESEC) très centralisé datant de la période coloniale. Cela signifie que de nombreuses personnes, en particulier celles vivant en milieu rural, doivent effectuer de multiples trajets sur de longues distances pour enregistrer une naissance.
  • La sensibilisation – De nombreux parents ne sont pas conscients du caractère urgent de l’enregistrement des naissances ni des avantages que cet acte présente. Ils ont tendance à reléguer l’enregistrement d’une naissance au second plan ou à penser qu’il s’agit d’une perte de temps ou d’argent.
  • Les inégalités – Les groupes vulnérables et défavorisés, en particulier les femmes et les filles, doivent souvent se battre pour accéder aux services d’enregistrement de l’état civil en raison d’obstacles sociaux, culturels, économiques et juridiques.

Comment la nouvelle initiative améliore-t-elle le taux d’enregistrement des naissances ?

L’agence d’enregistrement, d’insolvabilité et de tutelle (RITA) de la Tanzanie a lancé une initiative en partenariat avec l’UNICEF et l’entreprise de télécommunications Tigo pour faire tomber certaines barrières à l’enregistrement des naissances.

En 2016, l’initiative a été mise en oeuvre dans les régions d’Iringa et de Njombe en Tanzanie. Plus de 220 000 enfants ont été enregistrés en quatre semaines, ce qui a eu pour conséquence directe de faire passer le taux d’enregistrement des naissances de la région de 10,3 % à plus de 95 % (https://blogs.unicef.org/innovation/advancing-birth-registration-system-tanzania-providing-five-children-right-protection/).

L’initiative a réduit les obstacles financiers en supprimant les frais d’enregistrement et en délivrant gratuitement aux parents le premier exemplaire du certificat de naissance.

La question de l’éloignement géographique a été réglée en mettant sur pied des points d’enregistrement dans les établissements de santé et les bureaux de circonscription établis dans ces deux régions. Les parents peuvent désormais enregistrer la naissance de leur enfant dans l’un des 700 points d’enregistrement (https://blogs.unicef.org/innovation/advancing-birth-registration-system-tanzania-providing-five-children-right-protection/) (on en comptait onze auparavant).

La technologie mobile a largement favorisé la décentralisation du système. Le personnel soignant peut désormais transmettre les renseignements relatifs à l’enregistrement d’une naissance vers une base de données centrale avec un téléphone cellulaire (https://blogs.unicef.org/innovation/advancing-birth-registration-system-tanzania-providing-five-children-right-protection/).

Cette réussite prouve que la technologie, la recherche propre à un pays et les partenariats intersectoriels contribuent à l’amélioration des taux d’enregistrement à l’état civil.

Vous souhaitez en savoir plus ?

Le Centre d’excellence sur les systèmes d’enregistrement et de statistiques de l’état civil aide à promouvoir des études de cas semblables en soutenant la recherche, en rassemblant des renseignements sur les pratiques exemplaires et en diffusant les leçons apprises.

Pour en savoir plus sur les obstacles à l’enregistrement des naissances et les solutions possibles, lisez notre article intitulé Améliorer l’enregistrement des naissances pour une Afrique inclusive (https://systemesesec.ca/blog/ameliorer-lenregistrement-des-naissances-pour-une-afrique-inclusive).

Lisez notre série de synthèses des connaissances sur le genre et les systèmes ESEC (https://systemesesec.ca/genre) qui vise à mettre au jour les préjugés et les obstacles liés au genre et à recommander des solutions possibles.

Vous souhaitez entendre ce qu’en disent les experts ? Accédez à plus de 60 vidéos sur YouTube (https://www.youtube.com/playlist?list=PLhhb-JA5bQ7MntsZjKl5_Ucb0wB0MCjy-). Que vous soyez à la recherche d’un entretien de deux minutes ou de discussions détaillées, nous avons ce qu’il vous faut.

Notre bibliothèque (https://systemesesec.ca/bibliotheque) renferme des ressources classées en lien avec les systèmes ESEC, dont des travaux de recherche, des outils, des publications, des cours en ligne sur les fonctions d’ESEC et un glossaire.


Source URL: https://systemesesec.ca/blog/optimiser-lenregistrement-des-naissances-en-tanzanie-linitiative-qui-enregistre-220-000