Aller au contenu principal

Raison pour laquelle les systèmes ESEC sont essentiels à l’atteinte des objectifs de développement durable

Que fait le système ESEC ?

Un système d’enregistrement et des statistiques de l’état civil (ESEC) complet veille à ce que tout le monde compte et soit comptabilisé. Il protège les droits de la personne, favorise l’autonomisation des personnes ainsi que le développement durable.

L’enregistrement des faits d’état civil et les certificats d’état civil font preuve de l’identité juridique, de l’âge et des relations sociales d’une personne. Ces documents cruciaux lui permettent d’accéder aux services publics, comme la santé et l’éducation, et d’exercer ses droits, notamment voter ou percevoir un héritage.

Les statistiques de l’état civil fournissent des données fiables et en temps réel, ventilées à l’échelon le plus bas par sexe, localisation géographique et autres caractéristiques pertinentes à l’échelle locale. Les gouvernements peuvent avoir recours à ces données pour cerner des enjeux et élaborer des politiques efficaces, y compris des programmes pour répondre aux besoins uniques des femmes, des filles et d’autres groupes vulnérables.

Raison pour laquelle les systèmes ESEC sont importants pour les ODD

Les systèmes ESEC sont essentiels pour suivre les progrès réalisés en vue de l’atteinte des objectifs de développement durable (ODD), qui visent à éliminer la pauvreté et à améliorer les conditions de vie partout dans le monde en :

  • bâtissant des économies inclusives;
  • répondant aux besoins sociaux;
  • protégeant l’environnement.

Les données générées par un système ESEC qui fonctionne bien peuvent être utilisées pour suivre les progrès réalisés en vue de l’atteinte de 12 des 17 ODD. De plus, la mise en place et le renforcement des systèmes ESEC contribuent directement à l’atteinte de certains ODD – notamment de l’ODD 17.19, qui vise à appuyer le renforcement des capacités statistiques dans les pays en développement, et de l’ODD 16.9, qui vise à garantir à tous une identité légale, y compris l’enregistrement des naissances.

Pourtant, à l’heure actuelle, plus de 100 pays en développement ne disposent pas d’un système ESEC solide. Il existe également d’importantes lacunes dans les données sur les femmes, les filles et les autres groupes vulnérables. Les données ventilées selon le genre sont essentielles à l’atteinte de l’égalité des sexes (ODD 5), qui est un droit fondamental de la personne et un fondement du développement durable au sens large. En effet, 34 des 54 indicateurs des ODD liés au genre  qui ont été identifiés par ONU Femmes peuvent tirer profit des données fournies par les systèmes ESEC.

Raison pour laquelle les lacunes dans les données existent

De nombreux pays à faible revenu et à revenu intermédiaire ne disposent pas d’un système ESEC qui fonctionne bien. Par exemple, seulement 44 % des naissances d’enfants de moins de cinq ans en Afrique subsaharienne sont enregistrées, contre 73 % dans le monde.

Même s’il existe des services d’enregistrement des faits d’état civil, les gens peuvent avoir du mal à y accéder. Cela tient à la complexité des obstacles économiques, politiques, juridiques et sociostructurels, qui ont tendance à toucher davantage les femmes et les filles.

Par exemple, les mères qui donnent naissance à un enfant hors mariage peuvent éviter de l’enregistrer sous l’effet de la honte ou de la stigmatisation. Cela peut même avoir des répercussions sur les femmes mariées si leur mariage n’est pas enregistré, car certains pays exigent un certificat de mariage comme preuve de paternité.

Prendre en compte les femmes et les filles

Les solutions pour améliorer l’accès des femmes et des filles aux systèmes ESEC seront probablement aussi complexes que les obstacles auxquels elles sont confrontées. Il est donc important de mieux comprendre ces obstacles dans leur contexte particulier. Nous contribuons à combler cette lacune en matière de recherche grâce à une nouvelle série de synthèses de connaissance sur le genre et les systèmes ESEC.

Cette série met en lumière les défis, les possibilités et les études de cas actuelles ainsi que les solutions possibles. Elle apportera un soutien essentiel aux parties prenantes du système ESEC en les aidant à sensibiliser les populations, à adopter de bonnes pratiques et à inciter à passer à l’action.

Les synthèses seront rédigées par des experts dans le domaine et publiées tous les trimestres tout au long de l’année 2019. Les quatre premiers articles peuvent être consultés ici.

La voie vers de meilleurs systèmes ESEC

Les pays doivent accorder la priorité à l’investissement dans les systèmes ESEC s’ils veulent suivre et faire progresser la réalisation des ODD.

En plus d’investir, les gouvernements peuvent tirer profit d’une collaboration étroite avec les experts des systèmes ESEC pour cerner les obstacles, concevoir des stratégies et mettre en œuvre des améliorations. Ils peuvent accéder à ce soutien par l’intermédiaire du Centre d’excellence sur les systèmes ESEC, car nous offrons un soutien technique, des ressources d’apprentissage et un répertoire d’experts.

Le Centre a déjà aidé trois pays à préparer les parties ESEC dans les cas d’investissement en santé reproductive, ainsi que celle des mères, des nouveau-nés, des enfants et des adolescentes. En 2018, nous avons aidé le gouvernement guinéen à obtenir une subvention de 3 millions de dollars américains pour le volet ESEC dans le cas d’investissement en santé reproductive, ainsi que celle des mères, des nouveau-nés, des enfants et des adolescentes.

Nous continuons à travailler avec le gouvernement guinéen dans le cadre de ce projet en fournissant un soutien d’experts et en faisant la promotion d’une perspective sexospécifique. Pour en apprendre davantage sur ce que nous faisons, cliquez ici.